Agent de joueurs : un métier sous haute tension

Jorge_Mendes_Vivre_du_Foot-agent

Le 17 novembre dernier, 443 candidats se sont présentés à la première étape du concours annuel d’agent de footballeurs. En moyenne le taux de réussite sur ce concours, qui se décline en 2 étapes, oscille entre 10 et 20%. Les success story à la Jorge Mendes ont tendance à faire naître de plus en plus de vocations, pourtant ce métier est encore méconnu en France et demeure en constante évolution.

Le reportage suivant, diffusé sur L’Équipe 21 le 22 janvier 2015, et son décryptage va nous permettre de mieux appréhender le quotidien d’un agent de joueur de football en France :

Décryptage et enseignements :
  • David Wantier, l’agent qui apparaît au début de ce sujet, affirme faire 120 000 km de déplacement professionnel en voiture par an. De même, Nenad Petrovic, agent officiant en Belgique, déclarait en 2011 régler une facture annuelle de téléphone portable avoisinant les 15 000 euros. Même si aujourd’hui avec le développement des moyens de communication gratuit (Skype, Viber, Whatsapp etc…), il est plus facile de réduire ce poste de  dépense, il n’en reste pas moins que les frais de déplacement restent toujours très important. Et étant donné que, de l’avis de tous les concernés et comme le rappelle Bruno Satin dans le reportage, le démarrage d’une activité d’agent de footballeur est très lente, il faut donc être prêt et avoir la capacité à sortir beaucoup d’argent, avant de commencer à voir celui-ci rentrer.
  • Le fait que David Wantier ait l’air très anxieux avant qu’un arrangement ne soit trouvé entre son joueur, Yoahnn Touzghar, et les dirigeants lensois, peut surprendre. On pourrait, en effet, s’attendre à voir l’agent plutôt concentré et seulement déterminé à plaider l’intérêt et le point de vue de son joueur. Ce serait sans tenir compte d’un des paradoxes du métier d’agent. L’agent défend bien les intérêts d’un joueur auprès d’un club, mais il est aussi rétribué par ce même club ! Il se retrouve donc dans une situation ambiguë, jamais loin du conflit d’intérêts.
  • 40 millions d’euros de commissions auraient été distribués aux agents de football en France (NDLR : ces chiffres sont sûrement ceux enregistrés en 2012, on parle de 65/70 millions pour 2013). Dans le détail, un agent touche en France entre 
6 et 10 % de la rémunération brute annuelle du joueur dont il a négocié le contrat.
  • Tanguy Debladis, ex-agent parle d’un « milieu de requin » et de joueurs qui « seraient capables de signer pour un euro de plus dans un autre club ». Les promesses affichées par les agents sont, il est vrai, exceptionnel. Ainsi son ancien confrère, Éric Conti, indique que « le but pour un agent, c’est qu’entre une proposition de base et ce que le joueur a à la fin, il ait entre +20 et +50% ». De plus, les agents se soumettent entre eux à une très forte concurrence, certains n’hésitent pas à démarcher les joueurs d’autres agents, notamment à travers les réseaux sociaux. Enfin il est de notoriété publique que faire affaire avec un joueur professionnel, ultra sollicité de toutes parts, n’est pas une sinécure. Un joueur que l’on a suivi et conseillé depuis de nombreuses années peut du jour au lendemain ne plus vous considérer, sans que vous n’ayez encore gagné un seul euro avec lui. Dernièrement certains agents ont même commencé à se retourner contre leurs clients, c’est le cas notamment de Christophe Hutteau, ancien agent de Mathieu Valbuena, qui a fait condamner ce dernier, en décembre 2014, à lui verser 285 400 €.
  • Il est aussi question à travers le cas d’ Adil Amazzough, de la fin de contrat de Laurent Bonnart à l’OM des « conseillers » aux conseils « originaux » et à l’utilité très relative pour les joueurs. Un footballeur évoluant en Bulgarie nous confiait récemment qu’il avait eu la bonne surprise de recevoir un appel de son agent alors qu’il n’avait plus eu de nouvelles de sa part depuis sa signature dans ce club. Ce dernier l’a appelé pour lui demander ce qu’il « foutait aux entraînements » vu que ça fait plusieurs semaines qu’il ne le voyait « plus sur la feuille de match ». Manque de pot, le joueur en question est en fait blessé depuis quelques temps et n’a que peu apprécié de lui apprendre de cette manière et aussi tardivement. D’autant plus que sa blessure avait été relayé médiatiquement. Pire, certains « conseillers » semblent même avoir un impact très néfaste sur la carrière de leurs « protégés » . C’est ce que semble notamment penser Alou Diarra au vu de sa dernière réponse donnée à France Football ci-dessous.
  • Le reportage insiste par ailleurs sur un texte de loi condamnant la pratique d’exercice illégale de la profession d’agent. Il faut néanmoins souligné que si vous avez un frère, une sœur ou un fils qui est sur le point de devenir joueur professionnel, vous pouvez faire office d’agent pour lui sans avoir la licence (cf. règlement des agents de joueurs Art 4-1). C’est le cas entre autres de Véronique Rabiot, mère d’Adrien. De même, si vous êtes un avocat légalement habilité à exercer conformément aux règles en vigueur de votre pays de résidence, vous pouvez représenter un joueur lors de la négociation d’un transfert ou d’un contrat de travail (cf. règlement des agents de joueurs Art 4-2).
  • La fin du reportage revient, quant à elle, sur la récente libéralisation du métier d’agent par la FIFA. En effet depuis le 1er avril 2015 il n’est plus nécessaire de bénéficier d’une licence d’agent pour exercer. Néanmoins en France, rien ne devrait changer à court terme, puisque le code du sport prévaut sur les directives de la FIFA.

Si le métier d’agent est un job à plein temps, il a aussi la particularité d’être rythmé par une saisonnalité. Celle-ci est dictée par le marché des transferts, qu’il soit estival ou hivernal. Le prochain mercato débutera ainsi le mardi 9 juin 2015 et s’achèvera le lundi 31 août. Celui hivernal s’étalera, quant à lui, entre le 2 janvier et 1er février 2016.

Avec le reportage ci-dessous, de Canal +, vous avez l’occasion de vous faire une idée du quotidien d’un agent durant cette période décisive que représente pour lui le mercato. Encore une fois, preuve est faite que ce métier n’est pas de tout repos.

Arrêts de jeu :

Téléchargez gratuitement ce répertoire recensant, agent par agent, les contrats, en cours de validité, conclus avec des clubs/joueurs/entraîneurs. À noter, que bien qu’obligatoire, beaucoup d’agents « omettent » de signaler leurs collaborations à la FFF, ce qui explique le nombre modeste de contrats reposant ici.

Enfin pour les plus intéressés, voici certainement le retour d’expérience le plus complet que l’on puisse actuellement trouver concernant le métier d’agent. Ce livre
est l’oeuvre de Marc Roger, himself, le sulfureux ancien agent star.

À lire aussi :

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *