Comment garder le contrôle de son vestiaire ?

Angela_Merkel_dans_le_vestiaire_allemand

Chaque joueur de football s’accorde à dire que la qualité de la vie de vestiaire d’une équipe influe fortement sur ses résultats. Pourtant, lorsque ces joueurs deviennent entraîneur, ce paramètre semble être, trop souvent, sous-valorisé dans leur politique managériale globale.

Pour tenter de comprendre ce paradoxe, il faut avoir en tête qu’aujourd’hui les coachs sont en capacités d’arbitrer leurs choix en fonction d’un volume d’informations et de données très importantes. À contre-courant de cette tendance, le « vivre ensemble du groupe » reste un des seuls éléments dont ils ne peuvent extraire aucun indicateur quantitatif. Dès lors la technique consiste bien souvent à opérer au feeling, en se fiant aux ressentis qui sont eux nourris d’interprétations subjectives. Toutefois, il ne suffit pas d’apprécier le travail d’un Diego Simeone à l’Athletico de Madrid pour réussir à transmettre une âme à son équipe et faire tirer la somme des individualités qui la composent dans le même sens.

Le vestiaire est une machine complexe et nerveuse qui nécessite un entretien régulier et une conduite réfléchie. 

Malheureusement pour eux, les exemples d’entraîneurs ayant perdu la maîtrise du vestiaire sont légions dans le milieu professionnel. Un seul point commun les rassemble : des performances collectives forcément en chute libre.

Ainsi, il est de notoriété publique que les dernières expériences de Jean Fernandez se sont achevées avec la présence de fossés considérables entre ses joueurs et lui. Les résultats eux se passant de commentaires.  Plus récemment Hubert Fournier a lui perdu le fil à Lyon et s’est vu démettre de ses fonctions par Jean-Michel Aulas, qui n’a pourtant guère l’habitude de se séparer de ses entraîneurs (NDLR : En 29 ans de présidence il avait seulement limogé Guy Stephan en 1996). Il faut dire que l’équipe lyonnaise a la particularité de compter en son sein de nombreux joueurs issus de son centre de formation, dont, parmi eux, une majorité de natif de la région. Si cette particularité a de nombreux avantages, l’intégration des recrues au noyau dur « 100% gones » de l’effectif lyonnais se révèle être un défi de taille, auquel n’a pas survécu Hubert Fournier. Coupé du vestiaire, son staff n’a par exemple été informé que par voie de presse de l’altercation ayant eu lieu entre Lyndsay Rose et Corentin Tolisso fin octobre 2015.

Dans le même genre, en pire, Raymond Domenech l’ancien latéral lyonnais, s’était fait totalement débordé par ses propres sélectionnés lorsqu’il dirigeait la sélection française. Pour preuve Didier Deschamps, qui pour rappel avait failli lui succèder à l’été 2008 après un Euro de l’équipe de France complètement foiré, a été au courant bien avant lui de l’intention des Bleus de faire grève à Knysna. Et comme il le précise dans la vidéo ci-dessous, il était pourtant alors en vacances à plus de 13 000 kilomètres du camp Sud-Africain où séjournait l’équipe de France durant ce Mondial 2010 !

 

 

Si l’arrivée des réseaux sociaux ont bien sûr accentué le sentiment extérieur de fissure au sein des vestiaires, il faut savoir que les problèmes de gestion d’hommes ont toujours existé dans le football. Le Paris Saint Germain de 2000-2001 reste ainsi un bel exemple de vestiaires qui part en lambeaux. Dans son livre « Je suis le footballeur masqué » l’auteur nous rappelle que la direction parisienne comptait sur Ali Benarbia pour encadrer les nombreux jeunes joueurs du crus (NDLR : le projet de l’époque étant alors « PSG club de l’Île de France »), toutefois selon l’auteur (Edouard Cissé ?) Ali Benarbia, « ne se gérait même pas lui-même » et ses multiples incartades ont contribué à démobiliser un vestiaire qui n’en demandait pas tant. Résultat Philippe Bergeroo fut limogé après une série de contre-performance à l’automne 2000. Lorsqu’il fut amené à revenir sur cette période, au cours d’un interview à PSG Mag, il déclara, avoir été alors lâché par ses joueurs.

Loin de nous l’intention de défendre la posture de l’entraîneur omniprésent et interventionniste dans la vie de groupe. Un grand coach comme Carlos Ancelotti a ainsi pour habitude de laisser une grande part de liberté à ses joueurs et de les responsabiliser. Cela ne l’empêche nullement d’être reconnu pour ses qualités de meneur d’hommes.

Comment, en tant qu’entraîneur, susciter l’adhésion auprès de son équipe et faire en sorte qu’elle ne s’érode pas ?

C’est la question qui anime chaque entraîneur, quelque soit le niveau de son équipe. Il est communément admis que des qualités de leadership sont indispensables à tout entraîneur qui souhaite faire carrière. Certes. Mais ce n’est que la partie visible de l’iceberg d’aptitudes dont doit disposer tout coach.

Dans un cadre professionnel, il faut rajouté à cela l’importance d’être accompagné d’un staff de confiance, dévoué, compétent et dont chaque membre occupe une place bien précise.

D’ailleurs ce n’est pas pour rien si l’on constate que chaque entraîneur a pour habitude à son arrivé dans un nouveau club, d’imposer ses hommes de confiance dans le staff technique. Pièce maîtresse de tout encadrement, l’entraîneur adjoint a un vrai rôle clé à jouer. C’est lui que l’on doit le plus entendre à l’entraînement. De telle sorte à ce que lorsque le coach principal s’exprimera, les joueurs soient entièrement à son écoute. Si communiquer est très important, il ne faut en effet pas oublier qu’à trop parler on finit par ne plus être écouté.

Les membres du staff sont également, en général, plus proche des joueurs que ne l’est l’entraîneur principal. Dans ce contexte, il est important que le staff au complet soit régulièrement amené à verbaliser ensemble sur le ressenti de l’état d’esprit du groupe. C’est dans ces moments d’intelligence collective que la peinture qui est faite du « savoir vivre ensemble » de l’équipe tend le plus à ressembler à la réalité. Ainsi les décisions les plus appropriées pourront être prises en connaissance de cause.

En plus d’un staff de confiance, l’entraîneur doit aussi savoir identifier et s’appuyer sur des leaders positifs qui peuplent son effectif. À ce sujet, Frédéric Hantz, actuel entraîneur du MHSC, donne le conseil suivant : « La leçon que je tire de mes dernières saisons, valable à tous les niveaux, c’est que ces leaders de vestiaire doivent être aussi de vrais leaders sur le terrain. Sinon, c’est ingérable.»

S’il suffit, par ailleurs, de quelques minutes pour distinguer la grande gueule d’un groupe, évaluer le leadership positif potentiel d’un joueur nécessite lui plus de temps. Il ne faut donc surtout pas s’emballer ou se braquer trop tôt sur certains éléments d’un groupe. D’autant plus que, surtout dans les équipes de jeunes, les caractères et rôles sont amenés à évoluer au cours d’une même saison.

Quel outil pour évaluer la santé de son vestiaire ?

En collaboration avec un cabinet de Conseil reconnu, notre équipe Vivre du Foot a mis au point des modèles de questionnaires type 360°.

Après avoir mis au point avec vous le protocole d’enquête, nous invitons chaque joueur de votre effectif à répondre à une dizaine de question sur lui-même, avant d’être ensuite invité à en faire de même, sur certains de ses coéquipiers. Chaque joueur se faisant, au final, évalué par un nombre équivalent de coéquipiers.

Cette méthode permet ainsi d’évaluer à la fois le ressenti du joueur sur sa position dans le groupe, comme le ressenti du groupe sur son statut dans l’équipe. Elle permet en outre d’évaluer les écarts entre le rôle perçu et le rôle attribué et enfin l’état général du groupe.

En plus de vous livrer pour une première fois des indicateurs sur l’état d’esprit régnant dans votre équipe, ce type d’enquête vous aidera à travailler sur le développement personnel de chacun de vos joueurs. Notez que cette méthode est adaptée à tous les sports collectifs quelque soit le niveau de votre équipe.

Pour pouvoir vous aussi profiter de notre expertise, remplissez le formulaire ci-dessous. Nous reviendrons ensuite vers vous par retour de mail, dans les plus brefs délais.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *