Comment réussir son passage dans un Centre de Formation ?

Sortir_du_Centre_de_Formation_Vivre_du_Foot

Intégrer à l’adolescence un centre de formation de football français fait souvent figure de voie royale dans la quête du Saint-Graal que représente la signature du 1er contrat professionnel.

En vérité, loin d’être royale cette voie demeure encore parsemée d’embûches. Fabien Levêque auteur du reportage « Le mercato des enfants » indique que seul 3% des enfants intégrant un centre de formation signeront un contrat professionnel à leur sortie du centre. En définitive, si c’est la norme pour un joueur professionnel d’être passé par un centre de formation, il est important de garder à l’esprit que ce professionnel fait seulement figure d’exception pour le centre de formation qu’il a fréquenté. Comme l’atteste Zinédine Zidane dans la vidéo ci-dessous en évoquant sa formation à l’AS Cannes :

Voici à présent 7 précieux conseils afin de tirer un maximum profit de cette expérience et mettre ainsi toutes les chances de votre côté :

0- Limiter l’éloignement avec la cellule familiale

Avant toute chose il est primordial de ne pas précipiter son choix. Rejoindre et choisir (pour les plus chanceux) un centre de formation doit être un choix mûrement réfléchi. En cas de difficulté à trancher entre plusieurs clubs, il est toujours préconiser d’accorder une prime au club étant le plus proche du domicile familial. Tous les plus grands formateurs y conviennent en effet, un déracinement familial précoce est contre-productif. Cela a dernièrement été confirmé par des statistiques de la DTN qui prouvent qu’un joueur a plus de chances de réussir près de chez lui. D’ailleurs l’ensemble des instances dirigeantes du football ont commencé, ces dernières années, à faire preuve de plus de rigidité sur la législation concernant les transferts des jeunes joueurs.

1- Être préparé à rentrer dans le rang

Une fois arrivé au centre, si la coupure familiale n’est pas une surprise, un autre élément risque en revanche de vous interpeller : la perte de votre statut de « star » de l’équipe. Sauf cas exceptionnel, vous allez devoir vous habituez à ne plus être considéré comme LE meilleur joueur de votre formation, avec tout le confort que cela suppose. Vous allez donc certainement devoir apprendre à rentrer dans le rang, et à batailler ne serait-ce que pour accrocher une place de titulaire ou pour faire parti des quelques éléments qui seront régulièrement surclassés dans la catégorie d’âge supérieure.

2- Rester passionné

Cela peut sembler incroyable vu de l’extérieur mais en réalité, règne dans l’ensemble des centres de formations une sorte de spleen, dû à une routine éprouvante. Il faut effectivement s’attendre à réaliser à minima par semaine plus d’une vingtaine d’heures de cours et plus d’une quinzaine d’heures d’entraînement. Sachant qu’en période de reprise au mois de juillet, il n’est pas rare de voir les équipes de jeunes des clubs professionnels tripler leurs séances d’entraînements quotidiennes ! Pour parvenir à rester passionné il n’existe aucun secret mais un bon indicateur : le plaisir que vous prenez à toucher le ballon ne doit jamais régresser.

3- Rester déterminé

Il faut enfin être prêt à ne pas lâché l’affaire. Car s’il y a une chose qui est déjà sûr c’est que vous allez connaître des périodes de hauts et de très, très bas. À l’instar de la carrière de tous les joueurs professionnels… Blessure, non titularisation, suspension, ont fait partie du quotidien de bon nombre de joueurs professionnels durant leurs formations. À titre d’exemple aucun des joueurs devenus professionnels que j’ai pu côtoyer en équipe de jeunes ne faisaient partis des meilleurs de l’équipe. Mais ils étaient tous sans nul doute parmi les plus passionnés et travailleurs.

vivre du foot

En 2005, Loïc Rémy (en bas à gauche) n’était que remplaçant en – de 18 ans à l’OL

4- Prendre soin de son corps…

Même si la blessure fait partie du quotidien du footballeur, la répétition de blessure annihile tout espoir de carrière. Au-delà des prédispositions athlétiques ou du facteur réussite, l’hygiène de vie joue un rôle important dans la prévention des problèmes physiques. Pour en posséder une parfaite vous avez au centre tous les outils et les informations à disposition. Contentez-vous de les appliquer consciencieusement et de ne pas suivre la classique petite minorité de joueur qui prendra l’habitude de veiller tard, sera adepte de la mal-bouffe, de la chicha etc…

Vous vous devez d’être à l’écoute de votre corps car vu le rythme élevé d’efforts physiques auquel vous le soumettez, le moindre pépin physique prendra une importance disproportionnée et vous contrariera fortement. Plus tôt vous prendrez conscience de l’importance de votre corps, plus tôt vous adopterez inconsciemment un comportement préventif anti-blessure.

S’il ne faut jamais avoir honte d’aller aux soins et faire part de la moindre douleur, il faut malheureusement aussi parfois s’habituer à surpasser sa douleur. C’est aussi ça la vie de sportif.

5- …et de son esprit

Il paraît intelligent de profiter de ces années pour commencer à se former en communication (et plus particulièrement au média-training), en nutrition ou encore en langues étrangères. Si vous parvenez à atteindre votre objectif de devenir professionnel c’est 3 thématiques se révéleront très importantes pour vous.

Pourquoi ? Car se façonner une belle image médiatique est beaucoup plus important que l’on ne le croit pour une carrière, parce que dans quelques mois c’est vous qui choisirez ce que vous mangerez et qu’enfin vous serez amené à évoluer avec une multitude de joueurs non francophones.

Et dans l’hypothèse où vous ne parvenez pas à percer, ces connaissances ont de grandes chances de quand même vous servir très fortement. Dès lors saisissez l’occasion de prendre de l’avance sur leurs apprentissages. Il est d’ailleurs dommage que la plupart des centres de formations n’aient pas encore mis l’accent sur ces sujets là.

6- Sortir avec un diplôme

Un bon footballeur est forcément vif d’esprit. Décrocher un diplôme est seulement une affaire d’investissement et de curiosité intellectuelle. Par-dessus tout, cela reste surtout le meilleur moyen de bien rebondir une fois que l’aventure se termine.

7- Se cultiver football

Plus que jamais vous devez être curieux et à l’écoute de vos coachs. Observer avec un œil aiguisé tous les professionnels, et encore plus ceux évoluant à votre poste. Imprégnez-vous par exemple du style de jeu, des déplacements, des appels…du joueur de l’équipe 1 de votre club qui évolue à votre poste. C’est la période de votre vie où vous baignerez le plus dans l’univers du football. Profitez-en pour vous cultivez football !

Quoiqu’il advienne sachez que ces années passées au « centre » demeureront inoubliables et resteront très certainement une expérience ultra-positive.

À lire aussi :

4 commentaires

  • Bon article,ça sent le vécu…

  • Vivre du Foot

    Merci bien, et le meilleur reste à venir !

  • BONJOUR;je m’appelle EVANN DARIVON je suis né en martinique .En2014 jesuis venu a clichy et depuis le 31 07 2016 je suis domicilié au 18 rue de la GREVE a BONNEVAL 28800mon reve est d’ intégrer une ecole de football en internat ; j’ai joué 2 années au USA de CLICHY LA GARENNE .Quelles seront les demarches a effectuées pour une sélection et pou obtenir une bourse .je desirerai etre parrainé par un des joueurs de l’equipe de france si l’un d’eux m’accepte comme filleul pour conseils MERCI

  • Il est âgé de 16 ans. Il joue le quart a quitté l’équipe en roumanie.Mon fils est un joueur de football. Vous pouvez voir un exemple.cordialment Loredana!l

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *