Tour d’Europe des affluences de championnat

Ambiance de folie au Signal Iduna Park

Découvrez sur la carte interactive ci-dessous, la moyenne de spectateurs enregistrée au sein du championnat national de chaque pays européen, au cours de la saison 2015-2016.


Sans surprise, ce sont les championnats d’Europe occidentale qui recueillent les plus fortes affluences. L’Allemagne distance l’Angleterre qui elle même devance largement l’Espagne. Enfin, l’Italie, la France et les Pays-Bas se suivent dans un mouchoir de poche.

Inversement, l’Europe centrale, pas aidée par son Histoire et ses scissions, est traversée de jaune pâle, couleur définissant, dans notre graphique, les stades très faiblement peuplés.

Si globalement on note une concordance entre le niveau d’affluence des pays et leur coefficient UEFA (classement du jour à découvrir ici ; classement du 01/11/2016 à découvrir ci-dessous) on peut toutefois relever quelques anomalies…

Classement UEFA au 1/11/20161) La forte fréquentation des stades aux Pays-Bas : l’Eredivisie continue en effet sa croissance entamée lors de la saison 2011-2012. En 2015-2016 son affluence a même progressé de plus de 3% par rapport à la saison précédente. Pourtant, en plus de ne pas briller avec l’équipe nationale, les clubs hollandais sont loin de s’être distingués sur la scène européenne ces dernières saisons. Malgré ce contexte morose, leurs stades font pourtant partis des plus remplis d’Europe ! Rappelons, au passage, que ce pays compte moins de 17 millions d’habitants (soit près de 4 fois moins qu’en France).

Pour comprendre cette situation il faut déjà se rappeler que lors du dernier championnat le PSV Eindhoven a seulement coiffé l’Ajax d’Amsterdam, pour le titre de champion du Pays-Bas, au cours de la dernière journée de championnat. En terme de suspense, rare sont les championnats pouvant se vanter de faire mieux !

Par ailleurs, l’Eredivisie comme la Bundesliga, compte 18 équipes. La Ligue 1 s’apprête d’ailleurs à suivre, une nouvelle fois, ce chemin afin d’offrir plus de ressources aux clubs composant ce championnat. Il n’y aura donc plus que 18 équipes et 34 journées à disputer dès la saison prochaine en L1. Chaque équipe recevra donc 17 rencontres à domicile et non plus 19. Reste à savoir si cette contraction de l’offre augmentera le taux de remplissage des stades ?

Enfin et surtout, l’Eredivisie est chaque année un des championnats les plus prolifiques d’Europe. Il dépasse en effet régulièrement la barre des 3 buts/match sur l’ensemble de la saison. Et c’est bien connu, lorsque le spectacle est présent sur le terrain, il suit en tribune.

2) La forte hétérogénéité du championnat portugais : le stade de Luz à Benfica a, en effet, une affluence moyenne près de 5 fois supérieur à celle du championnat. Dans tous les autres championnats comparés on ne retrouve pas un écart-type si prononcé.

Au-delà de ça, les stades du FC Benfica, du Sporting CP de Lisbonne et du FC Porto ont attiré plus de 2 fois plus de spectateurs que les 15 autres équipes du championnat ont pu en accueillir réunis !

3) 38 622. C’est l’affluence moyenne du championnat italien il y a une trentaine d’années, à l’issue des 30 journées de la saison 1984-1985. La Division 1 française n’avait, cette même saison, comptabilisée que 9 944 spectateurs en moyenne par match. L’écart d’attractivité entre ces 2 championnats s’est, depuis, considérablement réduit au cours de ces 3 dernières décennies (et notamment la dernière). Toutefois la Serie A, à travers l’architecture de bon nombre de ces stades, garde toujours un vestige de ce glorieux passé. Dès lors, cela se traduit par un taux de remplissage très fortement élevé. Alors que le championnat français et le championnat espagnol atteignent environ 70% de remplissage, le championnat italien dépasse à peine les 50% !

Arrêts de jeu :

Retrouvez, ci-dessous, le tableau des données intégrées dans la carte de cet article, et, plus bas, le rapport remis en 2013 par l’ European Professional Football Leagues concernant l’évolution des affluences dans les championnats européens entre 2008 et 2013.

 

 

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *